Published Sunday , on 7 November 2021, 16:20:30 by NONAHA

Le Roi Mohammed VI du Maroc a prononcé, le samedi 7 octobre 2021, un Discours à l’occasion du 46ème anniversaire de la Marche verte dans lequel le souverain s’est attaché à dresser le bilan des réalisations du Royaume en matière de consolidation de sa souveraineté sur ses provinces du Sud.

Sa Majesté Le Roi n’a pas manqué l’occasion de rappeler et féliciter l’opération glorieuse menée par les Forces Armées Royales, le 13 novembre 2020, pour restaurer la libre circulation des personnes et des marchandises au point de passage Guerguerat, reliant les deux pays frères, le Maroc et la Mauritanie. «Cette action pacifique ferme a mis un terme aux provocations et aux agressions dont le Maroc avait déjà signalé à la communauté internationale la gravité pour la sécurité et pour la stabilité de la région », a-t-il précisé.

Dans son Discours Royal, le Souverain a rappelé que « la décision souveraine des Etats-Unis d’Amérique, le 10 décembre 2021, de reconnaître la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara constitue un sujet de fierté pour le Royaume ».

« Cette reconnaissance constitue le corollaire naturel de l’appui constant des administrations américaines antérieures et l’illustration de leur apport constructif au processus de règlement de la question du Sahara et affermit le caractère irréversible du processus politique en marche qui est voué à mettre en place une solution définitive fondée sur l’Initiative d’autonomie, sous souveraineté marocaine », a-t-il ajouté.

S’agissant des Consulats nouvellement ouverts aux provinces du Sud, Le Roi Mohammed VI a noté que parallèlement à la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud, la diplomatie marocaine a également réussi à convaincre des dizaines de pays à ouvrir des représentations diplomatiques à Laâyoune et Dakhla.

« La décision de plus de vingt-quatre pays d’ouvrir un consulat à Laâyoune ou à Dakhla confirme le large soutien dont bénéficie la position marocaine, surtout au sein de l’environnement arabo-africain de notre pays. C’est assurément la meilleure réponse juridique et diplomatique à ceux qui prétendent que la reconnaissance de la Marocanité du Sahara n’a pas de visibilité franche et concrète sur le terrain », a-t-il noté.

Le souverain a ensuite indiqué que le Royaume réitère son engagement en faveur de la recherche d’une solution pacifique, pour le maintien du cessez-le-feu, signé sous l’égide de l’ONU en 1991 et qui a été unilatéralement rompu par le polisario, et pour la poursuite de la coordination et de la coopération avec la MINURSO, dans la stricte limite des attributions qui lui sont assignées.

De même, Sa Majesté Le Roi a assuré au Secrétaire Générale de l’ONU et à son Envoyé Personnel son soutien total pour les efforts qu’il déploie afin que soit relancé le processus politique dans les plus prompts délais ». Un processus qui devra aboutir sur une solution conforme à la souveraineté marocaine sur le Sahara.

« A ce propos, Nous insistons sur la nécessité de se conformer aux paramètres définis par les résolutions successives du Conseil de sécurité depuis 2007 et qui ont été consacrés dans les rencontres tenues à Genève, sous l’égide des Nations Unies », a-t-il insisté.

Sur le volet économique, le Souverain a tenu à exprimer la considération Royale aux pays et aux groupements qui sont liés au Maroc par des conventions et des partenariats et pour qui les provinces du Sud constituent une partie intégrante du territoire national.

En revanche, Sa Majesté Le Roi a mis en garde « ceux qui affichent des positions floues ou ambivalentes » affirmant que « le Maroc n’engagera avec eux aucune démarche d’ordre économique ou commercial qui exclurait le Sahara marocain ».
Sa Majesté s’est également exprimé au sujet de la représentativité des habitants des provinces du Sud soulignant que « les élus démocratiques de ce territoire sont ceux qui ont été choisis par le peuple lors du scrutin, du 8 septembre dernier ».

« Nous considérons que les conseils élus démocratiquement, librement et de manière responsable dans les provinces et régions du Sahara sont les véritables représentants légitimes de la population locale. Notre souhait est que ces conseils soient une force motrice pour mettre en œuvre la régionalisation avancée, compte tenu de sa vocation à offrir de réelles perspectives de développement et à favoriser une véritable participation politique », a-t-il déclaré.