Published Friday , on 1 April 2022, 12:59:07 by NONAHA

Les relations entre le Maroc et l’Espagne ont traversé une crise sans précédent qui a fortement ébranlé la confiance mutuelle entre les deux pays.

Le Royaume du Maroc avait déploré l’attitude de l’Espagne, qui a accueilli sur son territoire le dénommé Brahim Ghali, chef des milices séparatistes du ’’polisario’’, poursuivi pour des crimes de guerre sérieux et des atteintes graves aux Droits de l’Homme.

Les autorités marocaines avaient exprimé leur déception à l’égard de cet acte contraire à l’esprit de partenariat et de bon voisinage et qui concerne une question fondamentale pour le peuple marocain et ses forces vives.

Afin de dénouer cette crise, le Chef du gouvernement espagnol, M. Pedro Sánchez, a adressé un message au Souverain marocain, le 14 mars 2022, dans lequel il annonce la nouvelle position de l’Espagne vis-à-vis du Plan d’autonomie dans les provinces du Sud en affirmant que “l’Espagne considère que l’Initiative marocaine d’autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend” autour du Sahara marocain.

Ce message s’inscrit dans la droite ligne de l’esprit du Discours de Sa Majesté le Roi, du 20 août 2021 et répond à son appel à "inaugurer une étape inédite dans les relations entre les deux pays".

Dans le cadre du suivi de près des différentes étapes qui ont abouti à ce dénouement, Sa Majesté Le Roi Mohammed VI a eu, le 31 mars 2022, un entretien téléphonique avec le Président du Gouvernement espagnol.
Sa Majesté le Roi a réitéré Sa Haute appréciation pour le contenu du message qui Lui a été adressé, le 14 mars 2022, par le Président du Gouvernement espagnol.

Lors de cet entretien téléphonique, le Souverain marocain a adressé une invitation au Président du Gouvernement espagnol, pour effectuer une visite au Maroc, dans les très prochains jours.

Désormais, le partenariat entre les deux pays représente une nouvelle étape, fondée sur le respect mutuel, la confiance réciproque, la concertation permanente et la coopération franche et loyale.

L’annonce de la nouvelle position espagnole constitue un revers pour l’Algérie et pour les séparatistes et s’ajoute aux positions claires et à la reconnaissance de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara, notamment, par des Etats Unis, les pays de la Ligue arabe et les Etats du Golfe.

Il y a lieu de souligner aussi l’évolution de la position de l’Allemagne, dont le Président avait, dans un message adressé au Souverain, affirmé que son pays “considère le plan marocain d’autonomie présenté en 2007 comme un effort sérieux et crédible du Maroc et comme une bonne base pour parvenir à un accord” à ce différend.