Published Sunday , on 3 April 2022, 17:08:48 by NONAHA

Le chef des séparatistes du front polisario, brahim ghali, a accordé une interview exclusive depuis les camps de Tindouf, parue, ce jour, dans Cronica, le supplément du quotidien à El Mundo. Il s’agit de sa première sortie médiatique depuis que l’Espagne a solennellement exprimé son soutient au plan d’autonomie sur le Sahara marocain.

Tout au long de cet entretien, le chef du Polisario a rabâché les thèses affichées par les séparatistes du polisario sans apporter d’éléments nouveaux.

Il a aussi affirmé sa détermination à défendre l’autodétermination de "son peuple" et accusé le Chef du gouvernement espagnol, M. Pedro Sánchez d’agir à l’encontre de la société espagnole et de son pouvoir législatif.

Néanmoins, brahim ghali a délibérément esquivé les questions dont celle concernant les accusations de viol, de torture et de crimes de guerre dont il fait l’objet et qui l’ont conduit devant la justice espagnole.

Il a de même évité de répondre à la question du journaliste portant sur les déclarations du chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, en mai de l’année dernière, afférente à la disposition de l’Espagne de « sacrifier sa relation bilatérale pour vous, avec ce geste qu’elle a eu en vous hospitalisant pour vous soigner du Covid », en se demandant « que s’est-il passé pour que la position marocaine ait fait changer d’avis Sanchez ? ».

Quant à la troisième question, elle a trait à la réaction du polisario face à la nouvelle position de Madrid.

Il faut rappeler qu’après la crise sans précédent que le Maroc et l’Espagne ont traversé et qui avait été déplorée par le Royaume du Maroc, le Chef du gouvernement espagnol, M. Pedro Sánchez, a adressé un message à Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, le 14 mars 2022, dans lequel il annonce la nouvelle position de l’Espagne vis-à-vis du Plan d’autonomie dans les provinces du Sud marocain, en affirmant que “l’Espagne considère que l’Initiative marocaine d’autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend” autour du Sahara marocain.